Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Home Naturo-Naturopathe à Domicile
  • Home Naturo-Naturopathe à Domicile
  • : PRENEZ VOTRE SANTE EN MAINS, NATURELLEMENT.Des conseils pour vous garder en bonne santé par la Naturopathie. Home Naturo, votre Naturopathe à Domicile.
  • Contact

Profil

  • Michel-HomeNaturopathe
  • Découvrez mes conseils de Naturopathe diplômé de l'École de Robert Masson et restez en bonne santé grâce aux techniques naturelles de santé comme l'aromathérapie parce que votre santé vous appartient. Consultations à domicile.
  • Découvrez mes conseils de Naturopathe diplômé de l'École de Robert Masson et restez en bonne santé grâce aux techniques naturelles de santé comme l'aromathérapie parce que votre santé vous appartient. Consultations à domicile.

A propos de la pub !

Mille excuses pour celles et ceux qui visitent mon blog, il y a des pub qui apparaissent....Je ne suis pas responsable de ces publications et ça me met même dans des situations désagréables quand je vois, par exemple, des annonces pour la calendrier vaccinal, des boissons énergisantes... !!!  Je vais essayer de remédier à ça pour que ces pubs n'apparaissent plus !!! Bonnes visites - tout de même - !  Prenez soin de vous. Michel.

Recherche

HomeNaturo, Votre Naturopathe

A.HomeNaturo OverblogNaturopathe diplomé du CENA. 

Consulations à votre domicile en Région Parisienne : Hauts de Seine, Val de Marne, Val d'Oise, Yvelines, Sarthe et Orne.

Réglage et plan alimentaire personnalisé - Gestion du Stress - Accompagnement des sportifs -

Accompagnement dans les magasins bio -

Ateliers & Conférences -

 

 

Archives

10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 16:46

 

article_sanglier.jpg

Les algues vertes restent les principales suspectes dans la mort de 36 sangliers fin juillet dans les Côtes-d'Armor...


Comme elle s’y était engagée, la préfecture des Côtes-d’Armor a publié sur son site les résultats complets des analyses pratiquées sur les sangliers morts à Morieux, dans la baie de Saint-Brieuc, fin juillet. Réalisées par l’école vétérinaire de Lyon, les analyses ont révélé la présence d’hydrogène sulfuré dans les poumons des sept sangliers autopsiés. Ce gaz, dégagé par les algues vertes en décomposition, renforce donc l’hypothèse d’une intoxication par les algues.


40.000 flyers, 345 affiches et 400 panneaux d’information 

Une nouvelle analyse va être demandée afin de rechercher d’autres molécules pouvant être impliquées dans la mort des sangliers. En attendant, la préfecture assure que toutes les mesures de précaution ont été prises: des mesures des émanations de gaz par les vases de l’estuaire du Gouessant ont été mises en place, l’accès à la plage de Saint-Maurice est toujours interdit et les algues sont collectées quotidiennement afin d’éviter leur pourrissement. 40.000 flyers, 345 affiches et 400 panneaux d’information ont été déployés pour informer les vacanciers des dangers des algues vertes.

Quant au projet de bassin de Saint-Brieuc, qui s’inscrit dans le cadre du plan de lutte national contre les algues vertes lancé en février 2010, il devrait être signé en septembre, assure la préfecture. Le seul moyen d’assurer une disparition durable de cette pollution mortelle.

Source   20minutes 154748[1]   du 09/08/2011

 

A.HomeNaturo Overblog " Le seul moyen d’assurer une disparition durable de cette pollution mortelle. "

Mais non...si l'on en croit la parole de Député(es) ce sont les lessives qui sont les responsables des Algues Vertes en Bretagne, si, si...c'est bien connu, en Bretagne on fait beaucoup mais alors là vraiment beaucoup de lessives ! La preuve ? Tous ces beaux lavoirs que découvrent les touristes au détours d'un bosquet d'hortensias, il est donc évident que, même par le passé, les Bretonnes passaient le temps à faire des lessives, alors imaginez un peu aujourd'hui avec les machines à laver !

Alors, évidemment, je ne suis pas un spécialiste, je laisse pourtant de côté de telles âneries et ne saurais en aucune façon trancher sur fond de polémique et déclarer tout à trac que ce sont bel et bien l'élevage intensif porcin hors sol, l'intensification de l'agriculture dite conventionnelle, l'épandage de lisier et autres pratiques agricoles qui sont responsables de la situation actuelle.

En bon citoyen je laisse la parole à notre Ministre (voir l'article ci-dessous) puis, comme je suis curieux, je vais sur le site de notre Ministère de l'Ecologie, histoire de voir ce qui y est écrit et dont je vous livre ci-dessous quelques extraits...


La ministre confirme que les algues seraient bien à l'origine de la mort de 36 sangliers.

Une cinquantaine de plages pourraient être concernées par cette mesure...

La ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a annoncé mardi avoir ordonné la fermeture effective de toutes les plages où les algues vertes ne pouvaient être ramassées, après la mort de sangliers en juillet en Bretagne.

« La priorité dans ce contexte c'est l'application des mesures de protection: aucune plage où les algues vertes ne peuvent être ramassées toutes les 24 heures ne doit être fréquentée » a déclaré la ministre, interrogée par l'AFP en marge d'un déplacement à Arromanches-les-Bains.


« C'était la norme. C'est une exigence que j'ai réaffirmée de manière très très stricte après avoir reçu les analyses », dont les résultats ont été rendus publics dans la nuit de vendredi à samedi, a-t-elle souligné.

« Les analyses tendent à montrer que c'est vraiment l'hydrogène sulfuré issu de la décomposition des algues qui est la cause majeure » du décès de 36 sangliers survenu en juillet dans l'estuaire du Gouessant (Ille-et-Vilaine), a reconnu la ministre.

La fermeture des plages où le ramassage des algues ne peut pas être assuré était l'une des mesures d'urgence réclamées par les écologistes et les scientifiques pour éviter tout drame humain.


Le docteur Claude Lesné, ancien chercheur au CNRS, spécialiste de la toxicité des polluants aériens, a estimé qu'« une cinquantaine de plages » pourraient être concernées sur le littoral breton.


Nathalie Kosciusko-Morizet n'a précisé ni le nombre ni la localisation des plages susceptibles d'être visées par une fermeture.

Source   20minutes 154748[1]   du 09/08/2011

 

Ce qu'en dit le :

 

Ministère de l'Ecologie


& du Développement durable :


 

Historique et chiffres clés des Algues vertes en Bretagne 

Dans les années 50, pour contrer l’exode rural de l’après guerre et assurer le développement de l’agriculture nécessaire à l’autosuffisance alimentaire du pays, l’Etat a soutenu la modernisation de l’agriculture. Il a notamment favorisé l’élevage hors sol [1] (porcs et volaille) et les cultures légumières par des aides financières. L’intensification de l’élevage, commencé dans les années 1960, s’est accéléré jusqu’aux années 1990. Depuis, la tendance s’est inversée et les pouvoirs publics essaient de freiner le développement de cette activité, voire de la réduire.

En une trentaine d’années, le taux de nitrates dans les rivières bretonnes a ainsi doublé. Jusqu’aux années 1970, il était de 15 à 20 mg/litre en moyenne. En 2001, un tiers des rivières bretonnes avaient un taux de nitrate supérieur à 50 mg/l.

Or, la réglementation européenne impose

· depuis 1975, pour les eaux superficielles destinées à la consommation humaine, un taux maximum pour les nitrates (50mg/l pour l’eau destinée à la consommation humaine) et pour un certain nombre d’autres substances [2] ;

· depuis 1991, que les agriculteurs doivent mettre en œuvre des actions pour limiter l’apport de nitrates d’origine agricole [3] afin que les normes fixées pour les eaux superficielles soient respectées. 

 

En Bretagne, 9 bassins ne respectent pas encore les normes fixées par l’Europe pour les eaux superficielles destinées à la consommation humaine [4] : pour 4 d’entre eux, les prises d’eau ont été fermées, et pour 5 d’entre eux l’Etat français s’était engagé à ne pas dépasser le taux de 50 mg/l fin 2009 (ce qui a été obtenu pour 2  d’entre eux).

 

Les Chiffres-clés sur les algues vertes

 

- Entre 40 000 et 70 000 m3 d’algues vertes s’échouent chaque année sur le littoral breton, essentiellement des Côtes d'Armor et du Finistère.

- Coût du ramassage : 300 à 500 000 euros par an, pris en charge par les communes et les conseils généraux des Côtes d’Armor et du Finistère

- Concentration moyenne des rivières bretonnes en nitrates : 30,6 mg /l aujourd’hui (niveau autorisé pour l'eau potable : 50 mg/l)

 

D’où viennent les nitrates à l’origine de la formation des algues vertes ? 

Le nitrate provient aujourd’hui essentiellement des activités agricoles, notamment de l’épandage d’engrais azoté d’origine minérale ou organique (engrais de ferme, issu des déjections animales : lisier ou fumier - forme liquide ou solide [1]).

 

En Bretagne :

- 1/3 de l’azote épandu est del’engrais azoté minéral ;

- 2/3 de l’azote épandu est del’engrais azoté organique issu des déjections des vaches (57%), porcs (31%), volailles (12%). 

 

Seule une partie de l’azote est absorbée par les plantes, et le reste se diffuse dans la nature (eau, sol, air). L’eau chargée en nitrates ruisselle depuis les champs, rejoint les rivières puis la mer.

 

Les eaux usées domestiques et industrielles contiennent également des nitrates, mais il est aujourd’hui presque en totalité éliminé par les stations d’épuration [2] avant que l’eau ne soit rejetée dans la nature.



[1]     Les lisiers, sous forme liquide, proviennent essentiellement des élevages de porcs, alors que le fumier, sous forme solide, provient essentiellement des élevages de bovins.

[2]     En zones sensibles à l'eutrophisation, au minimum 70% de l'azote est éliminé. 

 

Pourquoi la situation est-elle particulièrement préoccupante en Bretagne ? 

En Bretagne, 25 kg d'azote par hectare [1] sont rejetés en moyenne chaque année dans les cours d’eau qui les transportent jusqu’à la mer (jusqu’à 95kg /ha par an dans certaines zones). Pour éviter tout impact négatif sur l’environnement, il faudrait que ce flux soit 3 à 5 fois plus faible (voir question 4). L’ensemble de la Bretagne est classée comme « zone vulnérable » (voir question 5).

 

La Bretagne est la première région européenne d’élevage [2] : elle concentre plus de la moitié de la production porcine française, plus d'un tiers de la production de volailles et un cinquième de la production laitière. Elle est aussi une région légumière importante. 

 

De plus, le climat doux et humide est  particulièrement favorable  à la transformation de l’azote en nitrates [3] et les sols perméables favorisent l’infiltration de l’eau et des nitrates jusqu’aux nappes souterraines  (les nitrates sont ensuite transportées jusqu’à la rivière, à des vitesses très variables : quelques jours à proximité de la rivière et jusqu’à plusieurs années sur les plateaux).

 

[1] A titre de comparaison : 11 pour la Seine, 8 pour la Loire et 6 pour le Mississipi (source : Ifremer)

[2]  Un tiers des exploitations agricoles bretonnes sont des élevages soumis à la réglementation des installations classées

[3] L’azote contenu dans la matière organique du sol se transforme en nitrates quand le sol est humide et que la température est suffisante, ni trop basse ni trop élevée.

 

Pour aller plus loin…Sommaire :

·    Historique et chiffres clés

·    Que sont les algues vertes ? Comment se forment-elles ?

·    D’où viennent les nitrates à l’origine de la formation des algues vertes ?

·    Quelles nuisances les algues vertes présentent-elles ?

·    Quelles sont les normes et les objectifs en matière de nitrates dans l’eau en France ? en Europe ?

·    Quelles sont les obligations européennes pour réduire la quantité de nitrates issus de l’activité agricole ?

·    Pourquoi la situation est-elle particulièrement préoccupante en Bretagne ?

·    Comment les algues vertes sont-elles enlevées des plages ? Quels sont les coûts ?

·    Quelles sont les possibilités pour diminuer la quantité d’azote liée à l’agriculture dans les cours d’eau en Bretagne ?

·    Quelles ont été les actions menées en Bretagne pour diminuer la quantité de nitrates dans les eaux ?

·    Qu’est-ce que le plan algues vertes présenté en février 2010 ? En quoi permettra-t-il d’aller plus loin ?

·    Quelles seront les principales actions menées pour réduire la quantité d’azote issue des activités agricoles ?

·    Comment la sécurité des personnes au contact des algues vertes sera-t-elle garantie ?

·    Quelles sont les actions prévues pour aider les collectivités à collecter et traiter les algues vertes ?

·  Quelles sont les actions prévues pour réduire la quantité d’azote issue des installations de traitement des eaux usées domestiques et industrielles ?

·    Quelles sont les actions prévues pour développer la connaissance sur les algues vertes ?

·   La France respecte-t-elle les obligations européennes en matière de limitation de l’apport de nitrates par l’activité agricole ? Pourquoi ?

·    Quelques définitions

Source : Ministère de l’écologie & du développement durable b ok mod ident

 

Sur le même sujet lire aussi les articles parus chez HomeNaturo :

Un livre choc : " Les algues vertes tuent aussi "

La censure, en France pour la Nature et l'environnement

 

A.ACCUEIL Blog HomeNaturo

 

 

homenaturo

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Michel - dans ACTUALITES
commenter cet article

commentaires