Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Home Naturo-Naturopathe à Domicile
  • Home Naturo-Naturopathe à Domicile
  • : PRENEZ VOTRE SANTE EN MAINS, NATURELLEMENT.Des conseils pour vous garder en bonne santé par la Naturopathie. Home Naturo, votre Naturopathe à Domicile.
  • Contact

Profil

  • Michel-HomeNaturopathe
  • Découvrez mes conseils de Naturopathe diplômé de l'École de Robert Masson et restez en bonne santé grâce aux techniques naturelles de santé comme l'aromathérapie parce que votre santé vous appartient. Consultations à domicile.
  • Découvrez mes conseils de Naturopathe diplômé de l'École de Robert Masson et restez en bonne santé grâce aux techniques naturelles de santé comme l'aromathérapie parce que votre santé vous appartient. Consultations à domicile.

A propos de la pub !

Mille excuses pour celles et ceux qui visitent mon blog, il y a des pub qui apparaissent....Je ne suis pas responsable de ces publications et ça me met même dans des situations désagréables quand je vois, par exemple, des annonces pour la calendrier vaccinal, des boissons énergisantes... !!!  Je vais essayer de remédier à ça pour que ces pubs n'apparaissent plus !!! Bonnes visites - tout de même - !  Prenez soin de vous. Michel.

Recherche

HomeNaturo, Votre Naturopathe

A.HomeNaturo OverblogNaturopathe diplomé du CENA. 

Consulations à votre domicile en Région Parisienne : Hauts de Seine, Val de Marne, Val d'Oise, Yvelines, Sarthe et Orne.

Réglage et plan alimentaire personnalisé - Gestion du Stress - Accompagnement des sportifs -

Accompagnement dans les magasins bio -

Ateliers & Conférences -

 

 

Archives

14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 17:54

OGM-5OGM  

ou

Organismes

Génétiquement Modifiés

en comprendre les enjeux

Les OGM sont des organismes vivants dont le patrimoine génétique a été modifié par l'homme.

Cet organisme vivant peut être : une plante, un animal, virus, bactérie, unicellulaire ou pluricellulaire ou un micro-organisme dont on a transformé le patrimoine héréditaire afin de le doter de propriétés que la nature ne lui a pas attribuées, résultat obtenu par manipulation de l’Acide désoxyribonucléique (ADN). Le génome a été modifié en laboratoire par insertion d’un ou plusieurs gènes homologues (de la même espèce) ou hétérologues (provenant d’une espèce différente). 

Les premiers OGM ont été obtenus chez les bactéries et les levures, il y a plus de 20 ans.

Parmi les organismes vivants qui ont été modifiés génétiquement on peut citer des plantes comme le maïs, le coton, la pomme de terre… mais aussi des animaux comme le GloFish qui est une marque déposée (tout-à-fait : cet animal est devenu une marque déposée, comme une voiture !),  le GloFish étant le poisson zèbre OGMZebrafisch NON MODIFIE génétiquement modifié par l'introduction dans son génome d'un gène d'une protéine fluorescente lui conférant des couleurs rouge, vert et orange clair. OGM GloFish Il est le premier animal de compagnie génétiquement modifié.

Les différences entre les ogm et les croisements d’une espèce similaire à l’autre, pour les plantes ou comme dans le cas des élevages de bovins, volailles, chevaux, chats (…) et bien sûr les chiens, pour améliorer la race en y apportant, au moment de la procréation et par sélection, les qualités du père ou de la mère choisis, ces différences donc sont fondamentales. Si les croisements, pour les animaux et les plantes éxistent depuis les temps les plus anciens, plusieurs siècles avant Jésus-Christ, dans la vallée de l’Euphrate, des fermiers ont sélectionné les meilleurs plants pour en conserver minutieusement leurs semences pour la saison suivante, c’est qu’ils étaient liés à l’observation de phénomènes naturelles.

En revanche, en ce qui concerne les OGM, c’est la structure même du code ADN qui va être modifiée. La découverte de la structure de l’ADN dans le milieu des années 40 permettra ensuite de franchir la barrière des espèces. Dès lors tout est possible et on parle alors de transgénèse. Ainsi, la modification génétique s'effectue en ajoutant une petite portion d'ADN d'un organisme dans l'ADN d'un autre organisme - même s’il est d’une espèce différente - ce qui n'aurait pas été possible par croisement entre espèces ou par recombinaison génétique naturelle.


Un OGM peut-il se transmettre à un organisme vivant non modifié ?

OGM-2

Les OGM qui émettent des insecticides sont présentés par les chercheurs et par les industriels comme particulièrement efficace voire écologiques car on n’aurait alors pas besoin de traiter au moyen d’insecticide.

La reproduction sexuée des plantes fait intervenir, pour une bonne part d’entre elles, la pollinisation croisée, ce qui a pour conséquence qu’une plante OGM peut parfaitement transmettre les nouveaux gènes à une autre plante voisine non transgénique appartenant à la même espèce.
C’est ce qu’on appelle la pollution génétique.

Celle-ci contrairement à toute les autres pollutions crées par l’homme est irréversible : elle se transmet de plantes en plantes sans qu’aucun contrôle soit possible. Une plante OGM avec des insecticides transmet alors son gène aux autres plantes qui, elles, peuvent ne pas supporter le gène insecticide.

Notons, qu’ il a été dernièrement observé pour les plants transgéniques émettant des insecticides, qu’il s’avèrent en fait inefficaces et que des espèces d’insectes colonisent ces plants en s’y adaptant. 

Les OGM dans l’alimentation et leur impact sur la santé humaine

En ce qui concerne les produits OGM se retrouvant dans l’alimentation humaine des études tendent à prouver qu’il subiraient, entre autre, une diminution de leur qualité nutritive, en réaction à l’insertion du gène étranger, la plante pourrait générer des substances supplémentaires qui pourraient nuire à notre assimilation des éléments nutritifs (vitamines, fer, etc) présents dans la plante.

De même, l’insertion du gène étranger pourrait faire diminuer la teneur des substances nutritives elles-mêmes. 

Les OGM sont-t-il dangereux pour la santé alimentaire ?


Alors que l’alimentation est un facteur essentiel dans le maintien ou la restauration d’une bonne santé, les OGM représentent un faiseau d’interrogations non négligeable et surtout leur consommation ne bénéficie pas d’un recul suffisant pour en évaluer les risques réels à terme pour la santé, ainsi :

un des principaux risques est qu’un des gènes inséré dans une plante OGM destinée à l’alimentation animale ou humaine, provoque la synthèse de produits toxiques ou fortement allergènes.

A ce jour on ignore totalement les répercussions sur la santé provoquées par l’ingestion d’aliments contenant des gènes de résistance aux antibiotiques, mais on sait que les bactéries sont tout à fait capables de récupérer, puis d’échanger ces gènes.OGM-7

Ainsi, la résistance aux antibiotiques peut se transmettre des plantes cultivées aux bactéries qui vivent dans le sol, ou de celles-ci aux bactéries de notre tube digestif.
Cette résistance peut aussi être “récupérée” par des bactéries pathogènes, ce qui peut engendrer de graves problèmes sanitaires.

Et donc une éventuelle multiplication d’allergies et l’apparition de maladie, de virus de plus en plus résistant aux antibiotiques.

Enfin, les Anti-OGM émettaient des inquiétudes quant aux risques de propagation des OGM dans l’organisme, inquiétudes longtemps récusées par les Pro-OGM et qui viennent de s’avérer fondées puisque des traces de résidus d’OGM viennent d’être détectées dans le sang d’un groupe de femme. 


OGM et économie


Les Laboratoires Monsanto OGM-3 ont mis au point des semences OGM et stériles qui contraignent les agriculteurs a acheter, après chaque récolte, de nouvelles semences ainsi, les paysans n’auto-produisent plus leur propres semences mais doivent obligatoirement passer par le... fournisseur.

Les OGM représentent un marché énorme sous couvert des meilleurs intentions : les OGM voleront au secours de la santé humaine de demain, les OGM vont supprimer la faim dans le monde, grâce aux OGM l’Humanité ne connaîtra plus jamais de famine.

Qu’en est-il vraiment lorsque l’on sait que les grandes firmes comme Monsanto, Novartis... avec l’aide de nombreux gouvernements, cherchent à breveter le vivant, ainsi et pour exemple : les producteurs d'Afrique de l'Ouest sont bien décidés à se battre pour conserver le droit de produire leurs semences. Des demandes de certificat d'obtention végétale, notamment sur l'oignon de Galmi, déposées par une société sénégalaise à l'Organisation africaine de la propriété intellectuelle pourraient, en effet, rapidement les priver de ce droit. Les horticulteurs ouest africains ne pourront plus utiliser leurs semences d'oignon dit Violet de Galmi si la demande de certification d’obtention végétale, introduite fin 2006 auprès de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (Oapi), par la société sénégalaise Tropicasem, est acceptée. Le dossier est déjà bien avancé et le délai de réclamation auprès de l'Oapi largement dépassé.

OGM-6

Ainsi se met en place le codex alimentarius, que l’on retrouve d’ailleurs en lien dans le site  OGM du gouvernement (il faudrait peut-être suggérer au Gouvernement de créer un sité dédié à l'agriculture Bio ?) et le site créé à l'initiative des professionnels des semences et exclusivement consacré aux OGM en France , le Codex Alimentarius, donc, est ainsi définit sur ces sites : commission mixte FAO/OMS chargée de la formulation, de l'harmonisation et de l'application de normes alimentaires à l'échelle internationale, doux euphémisme pour expliquer que chaque organisme vivant, chaque graine doivent être répertoriés, sélectionnés, classifiés pour, au final, être brevetés, autrement dit, c’est l’acquisition du vivant par une poignée de dirigeants qui accepteront, ou pas, la commercialisation ou la consommation de telle ou telle plante, des semences de tomates sont ainsi maintenant absolument interdites !  Voir ici la pétition diffusée par Kokopelli (L'association Kokopelli s'est vu interdire d'exposition et donc de vente, ses semences de tomates anciennes parce qu'elles n'étaient pas autorisées et ce dans des salons Bio !) 

 

Les OGM polluent, nous l’avons vu, les champs voisins voire lointains alors que dans le même temps,

Le Bio en pleine expansion et capable aujourd'hui de nourrit la population mondiale, représente un marché de 2,6 milliards d’euros en France. Le chiffre d’affaires du marché des aliments biologiques a ainsi gagné 1 milliard d’euros en trois ans, pour atteindre un chiffre d’affaires de 2,6 milliards d’euros en 2008, soit un gain supérieur à 25% par rapport à l’année précédente. Ce créneau représente déjà 1,7% du marché alimentaire français. Or, on a vu des paysans bio obligés d’arracher leurs propres cultures à cause de la proximité d’un champs plantés d’OGM et ce sans indemnisation aucune.

L’inverse serait-il concevable ? En quoi des cultures bio pourraient-elles polluer des champs d’OGM ?

carte ogm en France


OGM et Principe de précaution


En ce qui concerne les OGM, le principe de précaution n’est donc absolument pas à l’ordre du jour.

Malgré de nombreuses études scientifiques –majoritairement mises en place par les laboratoires commercialisant les OGM- nous n’avons aucun recul quant à l’impact sanitaire des Organismes Génétiquement Modifiés sur la santé humaine, de même, en ce qui concerne l’environnement, c’est tout l’écosystème qui est mis à mal avec les OGM et, avec les cultures intensives d’OGM, c’est la biodiversité qui s’amenuise comme au Canada, par exemple, où le colza sans OGM n’existe pratiquement plus du fait de la pollution génétique, en France, nous pouvons citer le cas de la luzerne dont la disparition, pour multifactorielle quelle soit, est aussi dû aux vastes cultures issues d'OGM.

Dès lors, c’est toute la chaîne de la biodiversité qui s’en trouve bouleversée dont l’un des marqueurs les plus inquiétant pourrait être la disparition des abeilles.

Le consommateur, pratiquement sans libre choix, quant à lui, se perd dans un dédale d’étiquettes, de logos, de labels sans forcemment trouver traces d’OGM et pourtant ils sont partout ou presque –retrouvez ici le guide des aliments avec ou sans OGM édité par Greenpeace sous format PdF- ou directement sur le site de Greenpeace 

OGM-4

Dans quels produits alimentaires

peut-on trouver des OGM ou leurs dérivés ?

Le seul OGM autorisé à la consommation en tant que tel est le maïs doux.

Plusieurs ingrédients dérivés d’OGM (maïs, colza, soja, coton, betterave) sont également autorisés en alimentation.

À noter que les pousses dites de soja sont en réalité des pousses de haricot mungo qui n’ont rien à voir avec le soja utilisé dans l’industrie agro-alimentaire.

Tous ces produits doivent être étiquetés pour leur caractère génétiquement modifié, sauf en cas de présence fortuite à une teneur inférieure à 0,9%, en application du règlement 1829/2003 relatif aux denrées alimentaires et aliments pour animaux génétiquement modifiés.

Des produits dérivés d’OGM sont autorisés sous la forme :

  • d’aliments : 

-  à base de maïs : farine et semoule de maïs, huile de maïs, chips de maïs salées, pétales de maïs pour petit déjeuner ;
-  à base de soja : huile de soja, tonyu, tofu, crèmes desserts à base de soja, sauce de soja ;
-  à base de colza : huile de colza ;
-  à base de betterave sucrière : sucre.

 

  • d’ingrédients : 

-  farine de maïs dans le pain, les céréales pour petit-déjeuner, les biscuits apéritifs...
-  flocons de maïs dans les barres de céréales...
- semoule de maïs dans les biscuits apéritifs, la chapelure, la bière, les céréales pour petit déjeuner...
-  amidon de maïs et liants amylacés (fécule) dans les plats cuisinés, les sauces, la charcuterie, les crèmes desserts, les préparations pour desserts déshydratées, les potages, les pâtisseries...
les petits pots pour bébés !
-  dérivés de l’amidon de maïs (sirop de glucose, dextrose, maltodextrines ...) dans les sauces, les biscottes, les barres céréales, les bières, les potages, les biscuits apéritifs, les préparations de fruits sans sucre incorporés dans les yaourts et divers desserts, les glaces...
-  farines de soja dans le pain, le pain de mie, les pâtisseries...
-  protéines de soja dans les plats cuisinés, la charcuterie, les préparations pour nourrissons (soyons clair, là on parle des laits maternisés)...
-  matières grasses végétales (maïs, soja, colza) dans les barres céréales, le pain de mie, les biscuits apéritifs, les pâtisseries, les matières grasses à tartiner, les potages...
-  huile de coton dans les fritures pour aliments...


Je laisse à votre réflexion les points de suspension après chaque liste d'aliments !

Il est à noter que cette liste est l'exacte copie de celle visible sur le site gouvernemental des OGM, les points de suspension y sont !

  • d’additifs : 

-  issus du maïs : amidon oxydé (E 1404), phosphates d’amidon (E 1410, E 1412 à E 1414), amidons acetylés (E 1420, E 1422), amidons hydroxypropylés (E 1440, E1442), succinate d’amidon (E 1450), amidon oxydé acetylé E1451), caramels (E 150a à E 150d), sorbitol (E 420), mannitol (E421), isomalt (E 953), maltitol (E 965), lactitol (E 966), xylitol (E 967), glucono-lactone (E 575), erythorbates (E 315 et E 316) ;
-  issus du soja : lécithine (E 322), huile de soja oxydée (E 479b).

  • de supports d’arômes : 

-  produits dérivés du maïs tels que amidons, maltodextrines, beta cyclodextrine.


Quelles sont les plantes génétiquement modifiées

autorisées en France  

et sous quelles conditions ?

       1. Sont autorisés pour la culture commerciale
 :

- le tabac " ITB-1000-0X " de la société SEITA tolérant à un herbicide. À noter que la culture de ce tabac n’a pas été développée ;


- le maïs Bt-176 de la société Novartis tolérant à la pyrale et à un herbicide ;
- le maïs MON 810 de la société Monsanto tolérant à la pyrale (la commercialisation des semences de 6 variétés obtenues à partir de ce maïs est autorisée) ;
- le maïs T 25 de la société AgrEvo tolérant à un herbicide ;


- deux variétés hybrides de chicorée, obtenues à partir de lignées mâles stériles et tolérantes à un herbicide, mises au point par Bejo-Zaden (le légume n’est pas autorisé pour l’alimentation).


2. Sont autorisés pour la production et la commercialisation de fleurs coupées :

Des œillets à coloration modifiée ou présentant une tenue en vase prolongée mis au point par la société Florigène.


3. Sont autorisés pour la filière de l’alimentation humaine

Cinq OGM en tant que tels sont autorisés en alimentation humaine : il s’agit des maïs doux Bt11, NK603, GA21, MON863 et 1507.

De plus, de nombreux produits dérivés peuvent être mis sur le marché :

- ingrédients  dérivés du soja RoundupReady (lignée 40-3-2) ;
- ingrédients dérivés des maïs Bt11, Bt176, MON810, T25, NK603, GA21, MON863 et 1507 ;
- huiles obtenues à partir des colzas MS1, MS8, RF1, RF2, RF3 et leurs hybrides ainsi que les huiles obtenues à partir des colzas Topas 19/2 et GT73 ;
- huiles obtenues à partir des cotons 531 et 1445.

De nombreux additifs et arômes obtenus à partir d’OGM, produits qui ne faisaient l’objet d’aucune autorisation spécifique au regard de la caractéristique OGM dans le précédent dispositif réglementaire, ont été notifiés à la Commission et peuvent être mis sur le marché.

La liste exhaustive des produits ainsi notifiés est disponible sur le site Internet de la Commission européenne à l’adresse suivante :

http://europa.eu.int/comm/food/dyna/gm_register/index_en.cfm

Pour l’alimentation humaine, cette disposition concerne les additifs et arômes dérivés du colza T45 et des cotons MON531, MON 1445 et MON 15985, produits qui peuvent donc être commercialisés.


4. Sont autorisés pour la filière de l’alimentation animale

Le soja RR, les maïs T25, Mon810, Bt11, Bt176 et 1507 sont autorisés en alimentation animale.

Les produits dérivés de différents maïs, colzas, et cotons génétiquement modifiés sont également autorisés en alimentation animale, qu’ils soient commercialisés sous forme d’OGM (graines) ou d’aliments (tourteaux ou corn gluten feed par exemple).

Les aliments pour animaux dérivés d’OGM ne faisaient pas l’objet de procédure spécifique d’autorisation avant l’application du règlement (CE) n°1829/2003.

Ainsi, de nombreux aliments dérivés d’OGM, en plus de ceux cités ci-dessus, ont été notifiés à la Commission et peuvent être mis sur le marché.

La liste exhaustive des produits ainsi notifiés est disponible sur le site Internet de la Commission européenne à l’adresse suivante :

http://europa.eu.int/comm/food/dyna/gm_register/index_en.cfm

 

Sur le même sujet :

Les OGM laissent des résidus dans le sang des femmes

 

OGM et Maladies environnementales :


Le Dossier noir des " Maladies dégénératives " :  


On tue nos enfants ! 


Les maladies dégénératives en augmentation

Maladies dégénératives, le foetus première victime

Les maladies dégénératives passent à table !

Les sols de culture, l'aluminum, les engrais et alzheimer

Hyperactivité, Maladies dégénératives et additifs le lien est établi !

Antennes-relais et maladies : il n'y a plus de doute !

Maladies dégénératives, leucémies et nucléaire : trop de cas

Maladies dégénératives, des poisons dans vos placards...

Maladies dégénératives, retrouvez l'hygiène au naturel !

Les Maladies dégénératives, en conclusion

 

 

Dans la Presse :

Le Rôle des Pouvoirs publiques et des instances de surveillance en France

Dans la presse : Y a-t'il un Ministre de l'écologie en France ?

Dans la presse : l'Affsaps de nouveau sur la sellette

Dans la presse : de la bonne santé de l'Agro-Alimentaire

Dans la presse : taxe sur les sodas, c'est pô juste....!!!

 

 

34x34-facebook----

 

 A.ACCUEIL Blog HomeNaturo

 

homenaturo

 

 

 

 

 

 

Vos réactions sont les bienvenues ici

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel - dans SANTE
commenter cet article

commentaires