Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Home Naturo-Naturopathe à Domicile
  • Home Naturo-Naturopathe à Domicile
  • : PRENEZ VOTRE SANTE EN MAINS, NATURELLEMENT.Des conseils pour vous garder en bonne santé par la Naturopathie. Home Naturo, votre Naturopathe à Domicile.
  • Contact

Profil

  • Michel-HomeNaturopathe
  • Découvrez mes conseils de Naturopathe diplômé de l'École de Robert Masson et restez en bonne santé grâce aux techniques naturelles de santé comme l'aromathérapie parce que votre santé vous appartient. Consultations à domicile.
  • Découvrez mes conseils de Naturopathe diplômé de l'École de Robert Masson et restez en bonne santé grâce aux techniques naturelles de santé comme l'aromathérapie parce que votre santé vous appartient. Consultations à domicile.

A propos de la pub !

Mille excuses pour celles et ceux qui visitent mon blog, il y a des pub qui apparaissent....Je ne suis pas responsable de ces publications et ça me met même dans des situations désagréables quand je vois, par exemple, des annonces pour la calendrier vaccinal, des boissons énergisantes... !!!  Je vais essayer de remédier à ça pour que ces pubs n'apparaissent plus !!! Bonnes visites - tout de même - !  Prenez soin de vous. Michel.

Recherche

HomeNaturo, Votre Naturopathe

A.HomeNaturo OverblogNaturopathe diplomé du CENA. 

Consulations à votre domicile en Région Parisienne : Hauts de Seine, Val de Marne, Val d'Oise, Yvelines, Sarthe et Orne.

Réglage et plan alimentaire personnalisé - Gestion du Stress - Accompagnement des sportifs -

Accompagnement dans les magasins bio -

Ateliers & Conférences -

 

 

Archives

1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 12:17

 

 

OGM HOMENATUROOGM :

 

 

 

Les conclusions du

 

SERALINI EQUIPE HOMENATURO OGM

Professeur

 

Séralini

 

et de son équipe

 

ont été réfutées

 

par l'Agence européenne

 

de sécurité des aliments.


Bruxelles rejette définitivement l'étude Séralini sur les OGM

424944 495776683800250 817045598 n

Lire la synthèse ici b ok mod ident

Le Pr. Séralini accuse l'autorité sanitaire européenne

de faute professionnelle grave

SERALINI HOMENATURO OGM

CAEN (AFP) - Le professeur Gilles-Eric Séralini a accusé jeudi l'Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa) de "faute professionnelle grave" après le rejet définitif de son étude controversée sur un maïs transgénique et le refus de l'agence de réévaluer ce produit.

 

" Ne pas avoir au moins un soupçon après l'étude que nous avons faite, de toute façon la plus détaillée au monde, relève de la malhonnêteté intellectuelle. C'est une faute professionnelle grave", a déclaré le professeur à l'université de Caen dont l'étude a été publiée le 19 septembre dans Food and Chemical Toxicology.

 

Mercredi, l'Efsa a estimé que "les lacunes importantes constatées dans la conception et la méthodologie" de l'étude Séralini "impliquaient que les normes scientifiques acceptables n'avaient pas été respectées et, par conséquent, qu'un réexamen des évaluations précédentes de la sécurité du maïs génétiquement modifié NK603 n'était pas justifié".

 

"Cela devient un grave problème de santé publique", a ajouté le chercheur en biologie moléculaire.

 

"L'Efsa a déjà à rougir du fait d'avoir jeté nombre d'études sur le bisphénol A. Ca confine à la criminalité. Avec les OGM, ils recommencent la même chose. Ils ne se dédiront pas avant d'être démissionnés" par la Commission, pense le chercheur.

 

Pour le Professeur Séralini, l'Efsa est minée par les conflits d'intérêt. En mai, sa présidente a démissionné pour prendre des responsabilités au sein de l'ILSI, le lobby de l'industrie agroalimentaire.

 

M. Séralini avait frappé l'opinion en présentant en septembre ses travaux qui montraient, selon lui, un risque accru de tumeurs mammaires et d'atteintes hépato-rénales pour les rats nourris avec le maïs NK 603, associé ou pas à l'herbicide Roundup, deux produits du groupe américain Monsanto.

 

Le rejet des conclusions de l'étude par l'Efsa n'est pas une surprise car ses experts avaient déjà jugé l'étude insuffisante dans un avis non définitif.

 

Le 22 octobre, les organismes sanitaires français avaient de leur côté réfuté les conclusions de M. Séralini, mais elles avaient recommandé des études sur les effets à long terme de la consommation d'OGM, quasi inexistantes aujourd'hui.

 

OGM FAUCHEURS HOMENATURO

 

COURGES-5 La GUERRE des graines

 

est déclarée !

 

Rejoignez le mouvement,

plantez partout,

partagez !

 

 

Comment et pourquoi agir : b ok mod ident OGM HOMENATURO ACTIONS
 

 

OGM PANEL JOURNAUX

Interview du Journal Libération du 22 octobre 2012

 Le Pr Gilles-Eric Séralini réagit à la remise en cause de ses travaux :

Par LAURE NOUALHAT

Gilles-Eric Séralini est l’auteur principal de l’étude réfutée par l’Anses et le HCB. Les deux instances considèrent que les données ne permettent pas de conclure à la toxicité du maïs NK-603 et de l’herbicide qui lui est associé, le Round-up.

« Aujourd’hui, le doute bénéficie aux industriels »

 

Comment réagissez-vous aux conclusions du HCB et de l’Anses ?

Je me réjouis que leurs experts réclament d’autres tests à long terme aux pouvoirs publics. Mais je constate une schizophrénie. On ne compare pas les tests qui ont permis les autorisations sur le marché avec les nôtres. Nous restons confiants sur la qualité de nos travaux.

Vous ne considérez donc pas que ces avis sont pertinents ?

Arrêtons les deux poids, deux mesures. Si on peut écrire 60 pages sur mon étude, on peut bien écrire 60 pages sur les études qui ont servi à autoriser les OGM, non ? Aujourd’hui, à qui bénéficie le doute ? Malgré mon insistance à comparer les données sur le NK-603, les agences prennent soin de ne pas répondre sur ce point. Par ailleurs, ce sont des agences d’évaluation des produits, pas des agences d’évaluation des recherches. Elles ont parfaitement le droit de dire que notre étude est insuffisante, mais il faut aussi juger les autres tests. Les études scientifiques sont évaluées par des revues avec comité de lecture. En l’occurrence, la revue Food and Chemical Toxicology me demande de répondre point par point à l’Autorité européenne de sécurité des aliments, à Monsanto… Nous allons donc publier une réponse prochainement.

Le HCB propose que vous participiez à une autre étude d’envergure. Allez-vous accepter ?

Pas de problème. Mais nous demandons d’abord de sortir les études de Monsanto de leurs tiroirs. C’est le préalable à toute négociation : des tests ont servi à autoriser la mise sur le marché d’une plante combinée avec un produit phytosanitaire. Ce sont ces tests qui doivent être comparés aux miens. Pour que l’on se rende compte que l’insuffisance statistique dont on nous accuse est aussi du côté des industriels qui fournissent eux-mêmes les tests sur la base desquels les agences se prononcent pour autoriser ou non la mise sur le marché de leurs plantes transgéniques. C’est le préalable à toute négociation.

L’Anses suggère que l’on refasse des études sur le long terme, avec des groupes de 80 à 100 rats, au lieu de 10 rats par groupe comme vous l’avez fait.

On peut augmenter le nombre de rats par groupe, les doses d’OGM qu’on leur donne… Mais qui va payer ? Aucune équipe au monde n’a fait ça sur ces produits. La mise en œuvre d’une telle étude va prendre au minimum trois ou quatre ans. En attendant, nous pouvons expertiser les tests de Monsanto, et, dans le doute, interdire le maïs NK-603 et le Round-up. Le gouvernement veut remettre à plat le système d’évaluation des plantes transgéniques ? C’est parfait, mais le problème aujourd’hui est le risque pour la santé publique si on n’interdit pas le produit.

Justement, les deux agences considèrent qu’on ne peut pas conclure, sur la base de votre étude, à la toxicité du produit.

Tout repose sur la question de la puissance statistique, donc du nombre de rats par groupe ou du nombre de rats dans le groupe de contrôle. D’après le HCB et l’Anses, on ne peut pas conclure. Pour moi, pour 160 scientifiques qui nous soutiennent par courrier, pour la revue qui a validé nos travaux, on peut conclure. Ces agences sont puristes et tatillonnes. Pourquoi autoriser des produits à partir d’études qui ne durent que quatre-vingt-dix jours, ou avec des groupes de rats équivalents aux nôtres ? Je veux bien qu’elles soient tatillonnes, mais qu’elles le soient avec tout le monde. Ce que démontre l’étude en creux, c’est le laxisme des agences et de toutes ces instances qui sont bien en peine de se déjuger aujourd’hui.

 

SERALINI OGM HOMENATURO

Sur le même sujet : 


LES OGM

Les OGM, l'avis du Naturopathe

Les OGM ce qu'en dit la firme Nestlé, What Else ?

OGM : le premier procès en France

Les méfaits de l'industrie Agro-Alimentaire

Les OGM reconnus dangereux...

La toxicité des OGM démontrée !

Pétition : aidons les abeilles contre les OGM

Nouvelle action contre monsanto et le maïs OGM


LES SEMENSES

Les semences et la biodiversité en danger !

Kokopelli, mais c'est quoi donc ?

Pétition en aide à Kokopelli

Les semences de la colère


LA FIRME MONSANTO

Monsanto, selon le Monde

Le maïs Monsanto interdit en France

Quand les apiculteurs occupent un site Monsanto en France


L'IMPACT ENVIRONNEMENTAL et PAYSAN

Quels enjeux pour quel monde ?

Suicides des paysans, disparitions des fermes pour qui, pourquoi ?

PAC, pour qui, pour quoi ?

La révolution verte est en marche


LA SANTE EN QUESTION

Les maladies dégénératives en augmentation

Alimentation : Alerte santé publique

Pour l'EFSA, manger bio préserve bien la santé !

Acheter des légumes bio, serait-ce hors la loi ?

 

Alors....

TOUS COBAYES HOMENATURO

 

 

 

A.ACCUEIL Blog HomeNaturo

34x34-facebook----homenaturo

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel - dans GRANDES CAUSES
commenter cet article

commentaires